My life is so exciting

mercredi 3 décembre 2008

Mais nan reviens petit, Superman il arrive bientot

-Suite- 

Emmanuelle appréciait prendre le TER, elle aimait pouvoir observer l'intimité de parfaits inconnus à travers les fenêtres de leurs appartements éclairés, elle se passionnait pour de folles romances qu'elle s'imaginait à partir d'ombres chinoises apperçus quelques secondes, c'était son anti-stress, ces dernières semaines elle créait à ses personnages une vie simple qu'elle se battait pour avoir quand personne ne semblait vouloir lui simplifier la tâche. Ce soir là justement, ces putains de déménageurs qui refusaient de l'attendre pour décharger ses meubles et lui racrochaient au nez, tous ça parce que sa foutue baby sitter refusait catégoriquement de faire des heures sup'. Elle n'était pas franchement enchantée de son déménagement mais elle ne supportait plus son ancien appartement en l'absence de son mari et par souci d'économie préférait quitter le centre-ville en attendant de retrouver du travail. Emmanuelle avait 25 ans, elle avait rencontré l'amour de sa vie jeune, trop jeune. Ils s'étaient mariés alors qu'elle avait 20 ans, ils avaient eu leur fils Théo quelques temps plus tard. Elle avait trouvé sa vie merveilleuse jusqu'au jour où le mari qu'elle n'avait pas cessé d'aimer une seule seconde en cinq ans de mariage lui annonça qu'il ne supportait plus cette vie étroite et matérialiste, il prenait 150 euros et partait vivre dans la forêt amazonienne laissant tous ce qu'il laissait à sa femme et son fils. La jeune épouse en avait été profondemment blessée, elle était déchirée de tristesse par la perte de celui avec qui avec qui elle pensait finir ses jours dans un bonheur digne d'une happy end de film Hollywood, elle perdait ce qu'elle avait de plus chère avec son enfant. Bien sur, elle avait tout fait pour le retenir, elle avait pleuré, supplié, menacé, elle avait été jusqu'à annulé chaque reservation sur les vols partants vers le Brésil. Rien n'avait marché, ce qu'elle avait pris comme un affront personnel, elle n'envisageait pas que son âme soeur puisse avoir un autre idéal que le sien. Après le départ de celui qu'elle considerait à présent comme le plus ignoble des égoïstes, elle passa une semaine enfermée chez elle, ne quittant sa chambre que pour nourrir son fils. Après cette courte période de laissé allé intensif, elle se releva, referma ses plaies et repris sa vie en main. Elle vendit tous les meubles de leur appartement et en loua un nouveau. C'était un nouveau départ, elle allait pouvoir profiter de la jeunesse qu'elle n'avait pas eu avant qu'il soit trop tard.

A suivre...

Posté par titeclara à 18:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]


lundi 1 décembre 2008

"Père Castor, raconte nous une histoire"

-Suite-

En ce soir de novembre, une fois son occupation de fin d'après midi définitivement achevée, Géraldine s'assit sur son canapé aux couleurs criardes et démodées -si elles avaient un jour été à la mode- acheté d'occasion de nombreuses années plus tôt pour passer en revu la liste des tâches ménagères afin d'en trouver une susceptible de la distraire jusqu'à l'heure du repas, mais alors qu'elle songeait à récurer le placard de la minuscule salle de bain pour la deuxième fois de la semaine, une étrange agitation devant l'immeuble attirat son attention à la fenêtre. Elle se pencha pour observer dans la nuit et vit des déménageurs décharger leur camion devant la porte du batiment, celui ci était si près de la façade qu'elle essayait tous les angles possibles pour apercevoir le mobilier des nouveaux arrivants lorsqu'elle entendit de lourds pas à son étage, se déplaçant jusqu'à l'appartement voisin. Elle allait quitter son poste à la recherche des commérages lorsque quelque chose attirât son attention au dehors. Un déménageur, celui qui semblait diriger l'équipe s'était retiré téléphoner, maintenant il hurlait des ordres incompréhensibles pour Géraldine en faisant de grands gestes, l'air furieux. Les hommes déchargèrent alors leur chargement de cartons dont de nombreux meubles à monter Ikea, remontèrent dans les camion et partirent, laissant là tous ce que possédaient visiblement les nouveaux locataires. Géraldine enfilat une paire de vieux chaussons troués et délavé et descendit s'emparer d'un carton, cela pourrait toujours être utile pour avoir de l'emprise sur ses futures nouvelles victimes. Non, vraiment, ce soir là elle ne s'effondrerait pas sous le poids du remord.

A suivre...

Posté par titeclara à 18:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 30 novembre 2008

Back dans les bacs

A 18h47 ce samedi 13 novembre, Géraldine Blondinet finit de récurer le lino du salon de son petit deux pièce de la banlieue de Lyon. Elle avait passé exactement 43 minutes à récurer à la brosse à dent les 53 centimètres carrés du sol verdâtre sur lesquels s'étaient répandu l'urine du Chat, le chien qu'elle avait hérité de sa belle mère quelques semaine plutôt dont elle ignorait le nom et qu'elle avait baptisé ainsi par mépris pour la pauvre bête. Le ménage et la précision maniaque, c'était là les deux choses sur lesquels Geraldine se concentrait pour se détourner des deux fléau qui rongeaient son esprit. Elle avait essayé la musique, le sport, les mots croisés, des chiffres et des lettres, tout l'avait lassé, alors que l'entretient de son minuscule logement était toujours nécessaire et la rigueur un complément utilisable à loisir, contrairement à Bertrand Renard qui ne se la ramenait avec ses consomnes et ses voyelles qu'une demie heure par jour. Sans ces occupations, elle ne pouvait s'empecher la moitié du temps d'élaborer des plans infectes ayant pour but d'emmerder son entourage voire même parfois de la distraire. Le temps restant, Géraldine se rendait compte de l'égoisme de son attitude froide et calculatrice, elle était alors rongée par le remord. Elle avait donc décidé de nombreuses années au paravant, à l'époque de son mariage, lorsque sa méchanceté avait atteint son paroxisme, que pour elle le Paic citron, l'eau de javel, les centimes et les secondes seraient de parfaits substitus à la reflexion. Maintenant qu'on lui avait choisi un mari il pouvait bien réfléchir à sa place, les seuls questions que son cerveau devait êtres capables d'abborder seraient le choix du repas du soir et du parfum de la lessive, le reste serait en veille. Non, tout compte fait le menu et le parfum c'était déjà trop, elle cuisinerait chaque semaine la même chose et prendrait la lessive la moins chère. Et cela avait fonctionné durant des annés jusqu'à la mort de son mari broié par un camion poubelle alors qu'il était tombé ivre mort dans une benne à ordure un soir qu'il avait trop bu pour oublié l'idiote imbaisable que ses parents lui aivaient choisi pour épouse et qu'il avait accepté car ce n'était qu'un lache sans conviction. Cela s'était produit sept ans, dix mois et vingt et un jours plus tot, Géraldine avait eu ensuite quelques semaines de répit, accablé par la tristesse. Non pas celle de la perte de l'étranger ayant partagé son lit les deux ou trois qui suivirent leur mariage, mais celle du changement de son quotidient et de la toute nouvelle solitude qui s'emparait d'elle. En effet une présence, même endormie dans la pièce voisine ou plongée dans la lecture de Chasse et Pêche est une présence quand même, et attendre une personne qui ne se donnera pas la peine de vous saluer ou qui ne rentrera pas, c'est déjà attendre quelqu'un. Une fois seule donc, elle n'eu d'autres choix que de se remettre à prendre des descisions. Sa vie rebascula un mardi matin, jour de marché, lorsqu'elle s'aperçut qu'elle ne pouvait plus faire les courses pour deux, qu'elle devait refaire les listes qu'elle avait utilisé des années et des années durant. C'est alors que son cerveau éteint s'était rallumé et avec lui était revenue l'idée de faire chanter le voisin du dessous qu'elle avait surpris avec sa maitresse. Depuis ce jour, elle avait repris sa lutte de ses deux vieux démons.

A suivre...

Posté par titeclara à 01:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 22 juin 2008

I <3 les gens 1/2

Oui, j'aime les gens, je les surkiff même. Mais pas les vrais gens dans la rue, nan ceux là ils sont pas intéressants. Moi ceux que j'adore, c'est les gens qui passent dans les émissions de TF1 en deuxième ou troisième partie de soirée. Ou chez Delarue, mais ceux là à part la meuf qui s'arrache les pour les cramer au briquet et les manger en regardant la télé, c'est moins des cas soc'. Donc là, je pense que tu t'en doutes, je vais te raconter la vie de tarés mentaux, et comme j'aime bien gardé le meilleur pour la fin, j'vais commencé par... (attention, suspence de la mort)

Pascal le grand frère

Oui, j'avais prévenu, je regarde des émmission hautement philosophiques et culturels, mais en même temps, je t'emmerde je suis tombée dessus par hasard et une seule fois. Voilà c'est bon, j'me suis justifié, si t'es pas content casse toi (mais j'déconne petit lecteur, te vexes pas reste là, vous êtes déjà pas nombreux...). Donc pour les incultes de l'audiovisuel français, pays de merde, quand ton ado est un jeune con qui tape son père et traite sa mère de pute, c'est trop tard pour appeller Super Nanie, mais ne t'inquiète pas, TF1 à la solution pour toi! (Et là on dis "Merci TF1", comme quand tu regardes Dora L'exploratrice, vas y c'est bon avoue, on est entre potes) Et cette solution, elle fait 1 mètre 80, elle est ceinture noir de je sais pas quoi et elle va emmener ton chieur enfant chéris dans un champs et lui dire "Vas y, frappe là dessus, évacue ta colère" parce que Pascal, c'est un super psychologue et que comme le dis la voix off du générique "Pascal connais les jeunes, il a vécu son adolescence dans une cité difficile"  avec des images en bleu parce que le bleu ça fait peur de Pascale en train de se fighter avec un mec on sait pas trop qui s'est on s'en fout parce que c'est le moment où tu te dis que putain, Pascal c'était trop une caillera. Mon frère ma proposé de les appeller pour que je fasse genre chuis une rebelle, mais vu comment j'me suis faites enguelé quand j'ai dis merde ce midi, même pour déconner il apprécierait pas trop que j'le traite d'enculé pour la télé, en plus c'est pas avec ma force que j'peux le taper sans m'autobroyer la main. Et surtout, surtout je remplie pas la condition etentielle pour passer dans une télé réalité de TF1, avoir un accent de beauf et dire "pô" à la place de pas, c'est très très important ça. Et bien sur, à la fin, une fois que Pascal s'est fais insulté et/ou craché dessus puis que l'autre s'est excusé en chialant et est devenu super cool, à enlevé tous ses piercing et apporte le p'tit dèj au lit à ses parent, le Grand Frère peut rentrer chez lui dans sa belle maison long de la "cité chaude" parce que faire de la merde sur TF1 ça paye. Et enfaite la deuxième connerie, ça sera pour plus tard, parce que si je vais pas me coucher, Il ira jamais non plus. Pas d'hommage du soir, ou plutot du matin j'ai trop la flemme.

Posté par titeclara à 17:16 - Commentaires [3] - Permalien [#]

mardi 10 juin 2008

C'est beau de rever...

200433265_001


Découvrez The Turtles!

Hommages du jours bonjour (Ouais en début d'article carrément, truc de foufou):
●Au Turtles (nan pas les trucs avec une carapace, le groupe), parce que chuis tellement heureuse aujourd'hui que j'écoute en boucle toutes les versions de Happy Together sur deezer, même les reprises plus ou moins foireuses. J'conseille la version italienne et langue non identifié que j'trouve trèzs drole, mais bon, tout le monde le sait j'rigole pour rien.
●A la serveuses qui faisait bonjour de la main devant le Dominos pizza du XVIè, je sais pas si elle était payée pour le faire ou si elle avait juste vu sa mère sur le trotoire d'en face mais elle avait l'ai conne.

Moi quand je serais grande, j'aurais un mari. Ouais, mari, mariage, pas que je suis a fond pour le mariage, mais on en comprendra l'importance plus tard. Donc un jour, ce mari, quand il aura compris que c'est même pas la peine de penser à fonder une famille avec moi, il me quittera. Ouais, je sais, "Quand t'auras un mari, que tu l'aimera nianiania nianiania....", mais nan quedalle. Surtout qu'à la maison cette semaine j'ai une pub pour la contraception in real life en la personne de ma sœur et ses deux gosses. Attention hein, ma nièce c'est la plus belle et la plus géniale des gamines et mon neveu il tellement intelligent qu'il sait presque marcher sauf qu'il trouve ça 'achement plus cool de faire la serpillère humaine dans toute la maison, le truc c'est que si je les aime tellement, c'est parce que c'est pas les miens, parce que c'est pas moi qui ai pris dix ans en deux accouchements, qui me lève toutes les trois heures la nuit, c'est à dire entre minuit et sept heures du mat' depuis bientôt quatre ans. Mais revenons-en au but du mariage. Quand mon mari qui aura pleins de frics parce que sinon ce sera pas mon maris, faut pas déconner non plus, en aura trop mare de me supporter, il voudra divorcer pour faire des enfants à une meuf certe bien moins bonne et moins sympa (on ne rigole pas, merci) mais en attente de se reproduire, il voudra divorcer, et là, comme on sera mariés, partage des biens pour bibi.

Niveau taff, parce que passer mes journée à regarder les séries allemandes et bouffant de Nut à la petite cuillère c'est pas trop mon kiff non plus, j'aurais mon propre salon de thé avec Marie, ou on servira pleins de trucs trop bon et même que Britney Spears elle viendra bouffer chez nous, carrément.
Bref, pour l'instant j'vais commencer par aller étendre le linge. Vive la vie.

Posté par titeclara à 23:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


mercredi 14 mai 2008

Mégateuf Wayne

J'ai une petite annonce à faire. (Nan, je cherche pas à vendre une vieille bagnole ni à rencontrer l'âme soeur, petite anonce comme annonce de petite taille quoi)
Je cherche déséspérément quelqu'un pour aller avec moi au concert de Rage Against The Machine le 20 aout à St Cloud pour la ridicule somme de 42 euro avec la carte Fnac. Alors si tu est un pédophile perfide ( ou pédophile pervers? je sais plus ) de 45 ans, évite de répondre, ça sera gentil, merci bien. Si rate ce concert je me suicide au doliprane (Au 1000mg, Attention).

Donc comme ça fais un peu douze millénaire que j'ai pas posté, et ouais déjà, comme dirais ma femme de ménagé "C'est fous ce que ça passe vite hein, on est déjà mercredi" (ou "il est déjà 18 heure" le lundi) j'vais essaye de faire un article pour qu'on arrette de m'engueuler. En plus aujourd'hui, c'est une parfaite journée pour blogué, une journée loose, une journée qui à commencé à 14h en regardant That's 70's Show ou la rediff de la Nouvelle Star en pyjama.
Ah nan, enfait elle a bien commencé à 14h, mais en racontant ma vie au téléphone, et ce matin (Bah oui, quand j'me lève c'est le matin et si t'es pas d'accord tant pis pour ta gueule) ce que j'avais à raconter c'était la fête de Quentin.

Déjà, pour aller à la fête de Quentin, il a fallu trouvé de comment s'habiller parce que y aller à poil ça le fais pas trop. S'habiller c'est un concepte que j'ai plutot bien compris depuis que j'ai 5 ans environ, le problème, c'est que l'après midi même on m'avais qui fallais être "plutot classe" "Gné!? T'es au courant que moi j'ai que deux jeans et de paires de Converses?". Donc, après de longues recherche déséspéré dans les fonds de placard familliaux, j'me suis rendue compte que le seule pantalon que ma soeur, mon seul espoir, avait oublié à la maison, c'était un pantalon de grossesse. Et merde. Mais j'avais aussi trouvé des chaussures "plutot classes", et surtout des chaussure qui m'aurait permi de faire la taille de cette pute qui est plus grande que moi avec ses talons (sale conne, va), le problème c'est que parmis les nombreux trucs qui m'orripilent ;) si y a un truc qui me stresse à mort, c'est le clap-clap clap-clap des talons. Et comme j'allais rater mon trains, j'ai fini garder mon slim-Converse. Ensuite, je disais donc je prend le train, et quand j'ai vu que c'était 1 euro 45 pour faire cinq kilomètre à tout casser, j'ai un peu tirer la gueule mais comme chuis une fille bien (on ne rigole pas merci) j'ai casqué comme une conne. Arrivé dans le train, j'étais hyper contente de retrouver Gaspard, parce que j'pensais que lui, il connaissais le chemin. Mais nan. C'est pas grave on a quand même trouvé. Donc voilà, super soirée, resucitation des pizzas, musique (Ouais, un peu logique quand même) de merde mais on s'en fous c'est juste pour danser, slow à la con, et tous ce qui va avec. Mais putain chuis quand même trop dégouté d'avoir cédé à Michael, maintenant y va croire que j'l'aime bien ce con. A cause de ce que tu m'a dis Justine j'ai eu envie de gerber toute la nuit, oui je sais, je suis bizard, la dernière fois que j'ai kiffé un mec j'ai rien bouffé pendant trois jour. Fais chié déjà qu'on me dis que j'dois grossir.( Je sais que la fin de cette article est particulièrement mal écris avec des phrases qui se suivent n'importe comment mais... mais j'ai pas d'escuse foireuse).

Hommage du jour, bonjour:
●A tous les gens qui se sont mobilisé pour m'apprendre à claquer des doigts. Après des années de dure labeur, j'y arrive enfain de la main gauche.


Découvrez Mickey 3D!

Chanson qui n'a aucun rapport avec l'article. Ou presque.

Posté par titeclara à 20:26 - Commentaires [2] - Permalien [#]

mardi 29 avril 2008

In the summertime...

free music

200546812_001


Alors comme j'avais prévu de le dire dans le dernier article, avant de laisser tomber parce que ça n'avait absolument aucun rapport avec le sujet, mercredi soir -ou plutôt jeudi matin- j'étais hyper-méga trop contente. Et pourquoi? Nan j'ai pas envie de le dire, fin de l'article. Parce que c'est une veille de départ en vacances. Et si y a un truc que j'ai toujours aimé encore plus que le départ en vacances lui même, la radio dans la voiture sur l'autoroute la nuit, le chat qui s'endort sur tes genoux après avoir miaulé 4 heures douze à la vitre ou les religieuses au chocolat, c'est bien les veilles de départ en vacances. Surtout quand j'étais toute gamines, quand j'faisais pas encore ma valise moi même, et que "pour me réveiller plus tôt" j'avais le droit de dormir dans une couette sur le tapis au pied du lit de mes parents, et ça, à 5 ans, j'trouvais que c'était 'achement la classe, surtout qu'il faisait super chaud en plein été et que c'est pour ça que la-dite couverture est parterre et pas sur le lit. Et puis ces soirée là, c'est celles de l'année où j'avais le droit de me coucher le plus tard parce que, comme tu l'as surement compris, c'était les vacances et puis aussi pour faire genre j'aidais super efficacement  ma mère à préparer les bagages en allant lui chercher 3 chaussettes sur le sèche linge (oui oui, 3 chaussettes, pas 2, pas 4, pas 3 paires, dans ma famille ont a toujours eu du mal avec les trucs qui vont par deux, c'est génétique). j'me rappelle aussi de ma mère qui passait la nuit sans dormir dans la cuisine en écoutant Europe 1 à attendre que ce connard faisait déjà chier son monde avant de devenir vieux et con, veuille bien rentrer pour qu'on puisse supporter monsieur qui gueule et qui transpire des pattes pendant 8 heures, surtout qu'à l'époque le Dodo, il s'appelait encore Adolphe, et que se promener dans la rue à cinq heure du mat' en appelant un dictateur nazis, même dans ma rue au lampadaire couverts d'autocollants pro- Le pen   et anti avortement, ça la fout mal (Oui, j'ai totalement conscience de faire pauvre vieille fille qui passe sa vie à jouer au solitaire entouré de ses trois cent seize chats et qui n'a donc aucune vie sociale (; )) en parlant tout le temps des miens, mais j'en ai rien à battre, je sais que c'est pas vrai, ou au moins pas encore).
Bien sur après la nuit, il y a le matin, où, quand on partait pas à l'aube, mon père allait quand même au bureau "juste pour prendre le courrier" et revenais une heure et demie après l'heure prévue pour prendre la route, mais gueulait quand même quand toutes les valises, sac, et conneries à ramener aux grand- parents étaient pas dans l'entrée lorsqu'il nous avait pris par surprise en ayant qu'une heure de retard.
Il y avait aussi les fois ou on emmenait ma sœur ou un de mes frères, ou même plusieurs, ou même les trois, et là c'était encore plus  le bordel. C'est l'époque ou on avait le voyager, putain qu'est ce que j'la kiffait cette bagnole avec ses trois rangés de siège! Mais quand tous le monde à grandis et que les grands se sont mis à taffer tout l'été ou à partir avec leurs potes, pour le plus grand plaisir de mon père et à mon plus grand regret dans les routes de montagne ou j'ai plus d'une fois niqué les sièges, ont est passé à la voiture de sport.
Maintenant mon père se la joue perso avec sa BM deux places où j'me retrouve avec le chien entre les jambes et le jean couvert de poils dès qu'y a personne pour le garder. Les départ en vacances c'est plus ce que c'était, se faire déposée à la gare le vendredi soir, c'est quand même  beaucoup moins fun que voir le soleil se lever à travers le toit panoramique d'une familial, la tête dans un sac à vomi.

@ Polyne: Bah moi le 6 juillet j'pars à Bordeaux... un peu moins la classe. Et mes "plein" de frères et sœur (qui sont enfaite que trois) , a 5 ans j't'en aurais bien échangé contre une Barbie. Maintenant c'est trop tard, dommage!

Posté par titeclara à 02:16 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

jeudi 24 avril 2008

5 coms ché mwa = 10 coms ché twa; ou comment s'acheter des amis à coups de lol, mdr et autres je parle pour rien dire

J'vais donc te parler, toi petit lecteur, d'un univers que tu connais surement aussi bien que moi, voir même mieux, celui des blogs d'adolescente, alors oui, j'ai un blog, oui, je suis une adolescente, et même des fois une sale adolescente qui fait la gueule à table parce qu'elle a passé à soirée à essayer d'aligner trois notes sur sa guitare et que ça lui casse les couilles. Et je prétend pas que mon blog à moi vale tellement mieux que ce avec lequels je vais te faire chier le temps d'un article, je pense juste qu'il appartient pas à la même catégorie, voilà maintenant c'est dis, j'peux commencer à cracher sur mes petites camarades les dindes.

Alors d'abord, le critère social pour savoir si t'es cool ou pas, c'est le nombre de commentaires par article, alors tu t'en fout, même si dans les-dits commentaires, tu te fais traitée de sale chienne, rien à foutre tu le publie quand même, de toutes façon un commentaire ça sert pas à être lu, ça sert juste à faire grimper les statistiques. Et quand t'as pas d'amis et bah tu t'en paye et pour ça, tu promet plein plein de gentil mot (je dis bien mot, parce qu'avec un mot par 547551250commentaires publié, bah quand t'as assez de cerveau pour faire une phrases ça augmente les chiffres sans trop s'faire chier) au premier blaireau inconnu qui passera par là et qui, lui aussi, sera en manque de vie sociale. On vas changer de sujet parce que sinon, je sens que je vais battre le record du monde du nombre des répétition du mot commentaire à la ligne, en même temps, petite exercice de démocratie participative (spéciale kasdédi à ma connasse), trouve moi un synonyme de commentaire, t'en aura droit à 3 ;). Commentaire, commentaire, commentaire.
Dans le genre j'ai 12 ans et chuis grave une bad girl parce que j'ai les ongles noir et que j'écoute Tokio Hotel (Nan Manon Manounette ma petite Minette, te sent pas visée, t'as pas douzes ans, merde), t'as le j'utilise des gros mot parce que chuis une rebelle mais c'est tellement pas naturel que j'me sens obligée de le faire remarquer. Ok, petit exemple: psk le racisme, c tro dégelase merde (wa comen je parle mal loool).
Et oui, parce que la mini pouf est très engagée politiquement aussi.D'ailleur dans n'importe quel profil skyrock de xogermainedu12200ox (j'ai rien contre les Germaine qui habite au 12200 parce que je sais même pas où c'est, j'ai d'ailleurs rien contre les Germaine, mais ça me fesais chier de chercher pendant des plombes un prénom qui ferait vrai et vexerais personne que je connais) qu'elle aime: c pote, faire la fète, et son chéri d'amour, mais qu'elle n'aime pas: lé con, le racisme, lé prof, et parfois même les pds parce que t'imagine comment c'est dégueulasse deux mecs qui s'emballent. Ah oui et les focus aussi. J'pourrais continuer, mais j'ai pas envie parce qu'avec le bruit du clavier, j'arrive pas à écouter H. 

free music

Nan je ne suis pas une grande fan de NTM, moi je fantasme juste sur Joey Star, c'est rien qu'une kasdédi à Marie représante banlieu 17 ( celle avec les vaches)

free music

Pour me faire pardonner du morceau d'avant, faut pas déconner non plus

Posté par titeclara à 02:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

dimanche 6 avril 2008

Parce que c'est demander si gentillement par Justine et que j'ai rien d'autre à foutre à part mes devoir, mais ça, ça attendra.

Comme le titre ne l'indique pas parce que j'avais plus de place, j'hésite entre faire un article sur "Est ce que les gens qui participent à la marche pour la libération d'Ingride Bétancourt pensent vraiment qu'au fin fond de leur jingle, les farcs en ont quelque chose à battre que les baltringues de Saint Amands sur Fion aille se les cailler pendant trois quart d'heure pour montrer qu'ils sont pas contents?" ou sur mon humour de merde qui fait rire que moi. Et comme ont est dimanche soir, j'vais prendre la deuxième solution. Et toi, lecteur qui m'emmerde, je te demande avec toute la gentillesse dont je suis capable de ne pas chercher à comprendre mon raisonnement que je ne comprend pas moi même.

T2136_

Je disais donc que des fois, quand t'as un humour merdique et bah tu sens vraiment seul. Et là j'parle même pas de mes vannes pourris qui me foutent la honte un peu plus tout les jours, nan, j'parle des trucs qui viennent d'autres gens et qui me font penser que si des gens ont pu inventer des conneries pareil, ça doit quand même faire marrer plus de deux personnes, alors moi super fière, j'en parle à des gens, et là, j'me prend un groos vent dans ma gueule. Le pire, c'est quand chuis revenue de chez Chloé avec mon super cadeau d'anniversaire, que j'l'ai montré à ma soeur, et que là, elle m'a regardé d'un air consternée et elle m'a dis "Mais c'est horrible, tu vas quand même pas porter ça?". Mais j'm'en fout, mon t-shiort je l'aime et j'le mettrais demain en sport, nah. Et là, je sais que tout le monde s'imagine des trucs, mais enfaite, mon cadeau d'anniversaire, c'est ça:

AfficheImages

Et oui, c'est très très con mais c'est comme ça.

D'ailleur, l'année prochaine, j'veux celui là:

AfficheImages

Ou n'importe lequel de T-S, t-s des pub nazes, des t-shirt chouper, et tu peux même écouter leurs pubs qui déchirent leurs race

Alors si toi aussi tu ne fais rire que toi, je te conseil les Chuck Norris facts, d'abord, j'te conseil de savoir qui est Chuck Norris. Ensuite, quelques exemple:

Certaines personnes portent un pyjama Superman. Superman porte un pyjama Chuck Norris.

Jesus Christ est né en 1940 avant Chuck Norris.

Chuck Norris et superman on fait un bras de fer, le perdant devait mettre son slip par dessus son pantalon.

Chuck Norris joue à la roulette russe avec un chargeur plein.

Chuck Norris mange les emballages des carambars. On ne blague pas avec Chuck Norris.

Bon ok, j'arrêtte, vas chercher les autres tout seul ici.

free music

Hommage du soir, bonsoir: ●A Ingrid Bétancour, parce que comme ça, est bah, dans une semaine elle sera libérée.


Monty Python's Whicker's World (vostf) 2/2
envoyé par sutter-cane

Posté par titeclara à 20:31 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

dimanche 30 mars 2008

Moi: 1, Technologie: 0 (ou presque)

En ce dimanche, jour le plus chiant de la semaine [Oui je sais, on est Lundi, mais quand j'ai commencé l'article on était dimanche], après m'être levée à 14 heures (pas ma faute, changement d'heure), avoir glandé sur l'ordi la moitié de l'après midi, avoir rangé la cuisine en famille (Mais qu'est ce qu'on se marre chez moi l'dimanche!), j'ai réussi à convaincre mon père de me lâcher la chaîne hi-fi qui traînait dans l'entrée depuis au moins deux mois, quand il est rentré un soir à la maison, sa super chaîne Philips à accroché au mur sous le bras:

  -Bonsoir les enfants! J'ai trouvé un poste pour écouter la radio dans la salle de bains!
  -Mais Papa t'es malade, tu vas pas foutre ça dans la salle de bains, faut que t'arrête d'acheter n'importe quoi!
  -Mais elle était en promo chez Métro!
  -Ah bah oui si elle coûtait 250 euros au lieu 270 elle va mieux résister à l'humidité d'la salle de bain!
  -Mais toi tu voulais un truc pour écouter Europe 1 le matin sous la douche, pas pour lire des DVDs!
  -Mais on s'en fout, ça fait trois mois qu'je cherche un transistor à accroché au mur!
  -Et tu compte le mettre le caisson de basse quand t'auras accroché tes conneries à côté de la baignoire?
  -Ah merde, j'l'avais pas vu.

Pas de chance pour mon père, ce soir y avait ses quatre enfants pour se liguer contre lui le pauvre, surtout les trois grands parce que moi j'ai l'habitude de fermer ma gueule. Parce que mon père il est comme ça, il ramène à peut près 2,8 innovation hautement technologique, genre une friteuse en inox( Youhouhou), mais qui coûte toujours chère et dont on a pas vraiment toujours besoin et qui on une chance sur trois de finir oublié au fond d'un placard déjà débordant de choses qui servent jamais dans deux mois. Mais revenons en à la chaîne qui, grâce à moi a finis son long repos à l'intérieur de son carton entre une caisse de papiers et un tas de manteaux. Et grace à laquelle aujourd'hui, je peux enfin écouter des 75461433CDs dans ma chambre quand j'veux Yyyyyyahaaaaaaa!!!!! Mais avant des voir enfin mon best off des Ramones être avalé par le lecteur (vertical, attention la classe!), j'ai du me taper les branchements et l'installation. Et j'peux dire qu'à part le bon quart d'heure passé avant de comprendre que la partie du manuel d'instalation "branchement à la télévision" ne voulais pas dire que l'espèce de gros cube bizard n'était pas un mini écran mais bien le caisson de basse, et que comme j'ai pas la télé (dans ma chambre hein, vis pas dans une grotte non plus) j'avais qu'a passer à "Lire un CD", ouais chuis un peu con con quand j'm'y met, le plus compliqué ça a été  d'accrocher les enceintes, ce qui n'est pas non plus insurmontable comme épreuve quand on sait dévisser une vis. Donc tout ça pour dire que si moi chuis foutu de le faire, n'importe quel punk à chien manchot peux le faire et aussi que faire ses devoirs (ou autre chose, personellement j'ai pas encore testé) sur son lit avec la musique que tu veux quand tu veux, c'est vachement la classe.

Hommages du jour, bonjour:
  ●A la connasse de médecin qui, alors que moi j'venais juste la voire pour un putin de certificat médical, m'a sorti: "Bon, tu feras un mètre soixante, ça te dérange pas d'être petite? Nan, t'as l'habitude". Je l'ai très mal pris.

free music

Posté par titeclara à 22:10 - Commentaires [1] - Permalien [#]